Monastère Orthodoxe Notre Dame de Toute Protection


Exarchat du Patriarcat Œcuménique - Archevêché des Eglises Orthodoxes Russes en Europe Occidentale

"Ô ma joie, quand on m'a dit:
Construisons une église à Bussy!"
d'après le psaume 121(120)



maquette"

Construction de la nouvelle église de la Transfiguration


construction1
débuts et premières étapes ...


*********



Tropaire:

Tu t'es transfiguré sur la montagne, Christ notre Dieu,
montrant Ta gloire à Tes disciples, autant qu'ils le pouvaient.
Que Ta lumière inaccessible brille aussi sur nous pécheurs,
par les prières de la Mère de Dieu.
Toi qui donnes la lumière, gloire à Toi !.

       

Faisons trois tentes

"II est bon pour nous, Seigneur, d'être là, faisons trois tentes :
une pour toi, une pour Elie et une pour Moïse.
Il ne savait pas ce qu'il disait."
(Me 9,5-6).

Et pourtant... Pierre parlait d'or, ce jour-là, même si c'est ce jour-là que l'on dit de lui qu'il ne savait pas ce qu'il disait! N'est-ce pas grâce à lui que nous pouvons dire pendant le grand Carême : "Debout dans le temple de ta gloire, nous croyons nous tenir au ciel" ? Car si lui n'a pas élevé trois tentes, nous, pour vivre avec Dieu et près de Dieu, nous lui avons bâti des églises.

Relier les églises chrétiennes aux tentes que Pierre n'a pas dressées, c'est les placer dans la gloire de la Transfiguration. C'est faire de l'église un morceau de Royaume, une étincelle de la lumière du Thabor, un lieu pour garder vivante, indestructible la présence du Seigneur, pour la protéger, lui donner toute son ampleur, toute sa beauté, toute sa puissance. C'est faire de l'église une réplique de l'unique tente du témoignage où la gloire de Yahvé s'étalait comme une traîne, où seul pouvait entrer Moïse, lui qui parlait à Dieu face à face. Si l'église est la tente que voulait élever Pierre pour le repos du Seigneur Jésus, elle est plus sainte que le Saint des Saints. Et s'il en est ainsi, Pierre a eu la meilleure idée du monde. Car que pouvait-il faire de mieux que de vouloir abriter Celui dont il découvrait toute la splendeur ? Et si nous n'avions pas bâti des églises, des chapelles et des cathédrales, la terre serait comme un désert, un désert triste et sans attrait.
Pierre a dit :" faisons trois tentes". Trois, c'est le chiffre qui contient toute la multiplicité possible, c'est l'infini. Trois, c'est le nombre des églises qui couvrent la terre, celles du "blanc manteau" des églises romanes, celles des coupoles dorées de la Sainte Russie, celles des flèches inimitables lancées à l'assaut du ciel. Bien sûr, la liturgie terrestre peut se célébrer en tout lieu. Point n'est besoin d'un édifice spécial : il y a les grottes des ermites, il y a l'ancienne grange de Bussy.

Pourtant, le Seigneur bénit ses églises et n'en veut point aux hommes d'avoir besoin d'un lieu que Sa présence sanctifie pour Le rencontrer, Le glorifier, Le célébrer.

D'ailleurs, si Pierre veut faire trois tentes, c'est parce qu'"on est bien ici". C'est parce qu'il sent le privilège incroyable dont il est l'objet, parce qu'il veut étreindre, retenir cette béatitude qui lui est donnée, à lui et aux deux autres, Jacques et Jean. C'est parce qu'il veut fixer sur la terre cette vision du ciel, épingler ce morceau d'éternité tombé dans la course du temps. Les églises ont aussi ce pouvoir : rendre visible et sensible le ciel sur la terre, faire entrer dans l'éternité. C'est pourquoi l'on est bien aussi, dans les églises. C'est pourquoi on y trouve comme nulle part ailleurs la paix qui vient d'en haut, le silence intérieur et l'absence de la mort.

Et pourtant, "il ne savait pas ce qu'il disait," insiste l'évangéliste. Et ces trois tentes ne furent jamais dressées. Le Seigneur n'avait pas le temps de s'arrêter, Lui qui ne voulait même pas une pierre comme oreiller pour y poser Sa tête. Ceci n'était pas pour Lui, ni la gloire de ce inonde, ni le repos de ce inonde, ni même être servi par Ses disciples. Les trois tentes ne furent pas dressées par Pierre. Mais l'idée qu'il a lancée ne l'a pas été en vain. Car nous, nous avons bâti des églises pour le repos du Seigneur, "qui repose dans son sanctuaire ou dans ses saints", des églises "pour la plus grande gloire de Dieu", des églises, prières de pierre traversant les siècles, des églises, cris d'angoisse et de louange arrachés au labeur des hommes, des églises cachées dans le rocher et des églises phares dans les plaines...

Et pourtant," il ne savait pas ce qu'il disait". Si les trois tentes ne devaient pas s'élever sur le mont Thabor, les églises ne doivent pas non plus retenir les hommes en les séparant des autres hommes. Elles doivent ouvrir leurs portes sur le monde. "Sortons en paix", sortons de ces églises où l'on trouve la paix, où demeure le Prince de la Paix, la Puissance et la Sagesse de Dieu pour L'emporter dans le monde, comme on emporte les cierges de Pâques, pour que cette paix gagne le inonde. Car les tentes et les églises passeront, mais le temple de notre cœur ne passera pas, et c'est le seul tabernacle qui vaille aux yeux du Seigneur pour garder Sa parole et Sa lumière.

Que Dieu nous donne cependant, à nous ses servantes du Monastère de Bussy, de Lui bâtir une église !

*****

       

Grace à la générosité de très nombreuses personnes, la construction d'une nouvelle église, dédiée à la Sainte Transfiguration de Notre Seigneur, a pu être engagée en début d'année 2001. Nous remercions de nouveau du fond du coeur tous les donateurs.


Nous vous présentons ci-après les principales étapes de la construction de l'église :







Samedi 21 janvier 2001, le jour même où nous recevions les reliques des trois nouvelles saintes de Diveevo, Martha, Alexandra et Héléna, le maire de Bussy-en-Othe a annoncé à notre abbesse Mère Olga la réception du permis de construire.

Début des travaux de terrassement en mars 2001.

Pose de la première pierre. Monseigneur Serge préside la célébration, le 29 avril 2001, dimanche des Saintes Femmes Myrrhophores.

Les travaux, commencés fin juin, étaient déjà bien avancés le 19 août 2001, jour de la fête de notre future église. Sous la voûte céleste, les vêpres de la Sainte Transfiguration y ont été célébrées pour la première fois.

Et voila où nous étions le 18 novembre 2001 , vu de l'extérieur ...

... et de l'intérieur, voici que se précise la base de la coupole de notre église.

Un bouquet de fleurs pour fêter l'achèvement des murs...

Les échafaudages sont installés...

... c'est un travail long et minutieux...

... voici ce que nous pouvons voir du jardin du monastère

... et ce que nous voyons de la rue de la Forêt...

... parpaing après parpaing,
l'édifice monte...

... on couvre la charpente pour la protéger de la pluie, et il pleut...

... enfin un rayon de soleil...

la pose de la charpente continue...

Construction de l'église, vue du village ...

Voilà où nous en étions en Janvier 2002!...


les dernières étapes, vous les trouverez à la
page "construction2 (dernières étapes)" !...


Retour à la page d'accueil

Renseignements pratiques

Construction d'une nouvelle église (dernières étapes)

Icones

Fresques

Actualité